drapeau anglais

Interview d’Eric Tassilly – PDG de Knorr-Bremse Systèmes Ferroviaires France

Interview d’Eric Tassilly – PDG de Knorr-Bremse Systèmes Ferroviaires France

Monsieur Tassilly, en tant que PDG de Knorr-Bremse Systèmes Ferroviaires France, pourriez-vous brièvement présenter votre parcours professionnel ?

Je suis titulaire d’une formation d’ingénieur à l’Ecole des Mines de Paris, complétée par une formation à l’INSEAD.

Mon parcours professionnel s’est exclusivement déroulé dans l’industrie ferroviaire. J’ai débuté à la RATP, où j’ai acquis 4 ans d’expérience, avant de rejoindre Alstom Transport, où j’ai travaillé pendant 16 ans sur divers sites (Paris, Belfort, Valenciennes, La Rochelle) et à différents postes, couvrant l’ingénierie, la gestion de projet et le management de Business Unit. En septembre 2006, j’ai intégré le Groupe Knorr-Bremse.

 

Pouvez-vous présenter Knorr-Bremse / Knorr-Bremse France

Knorr-Bremse Systèmes Ferroviaires France est la filiale française de la branche ferroviaire du groupe international Knorr-Bremse, en charge des marchés France et Afrique francophone. C’est un groupe d’origine allemande qui a été créé en 1905 à Berlin.

À ses débuts, le groupe se concentrait sur deux secteurs émergents et en plein essor : le freinage ferroviaire et le freinage poids lourds. Au fil des années, ces deux domaines d’activité ont évolué, élargissant leur champ d’action. La branche poids lourds, au-delà du freinage, s’est diversifiée en explorant des domaines tels que la conduite autonome, les économies d’énergie et l’électrification des camions. Du côté ferroviaire, Knorr-Bremse est devenue un équipementier global. Outre le freinage, l’entreprise conçoit et produit divers systèmes embarqués tels que la climatisation, les portes d’accès et les installations sanitaires. Ces innovations visent à répondre aux exigences croissantes des constructeurs ferroviaires, centrées sur la sécurité et le confort des passagers.

Aussi, il convient de distinguer 2 typologies de clients en fonction du cycle de vie du matériel. En effet, nous livrons des équipements neufs à des constructeurs ferroviaires, principalement Alstom en France, qui sont assemblés dans leurs usines pour constituer des trains complets. Ensuite, dès la période de garantie expirée, la responsabilité des trains revient aux opérateurs, constituant ainsi notre deuxième catégorie de clients. Ceux-ci ont alors besoin de maintenance, de pièces de rechange, de formation.

 

Quels sont selon vous, les principaux enjeux pour votre entreprise, et pour votre secteur d’activité, dans les prochains mois et les prochaines années ?

Dans le ferroviaire les cycles sont très longs, ils peuvent durer 10 à 15 ans.

Plusieurs tendances lourdes et porteuses se dégagent actuellement et sont favorables au ferroviaire :

  • La question climatique joue un rôle crucial, mettant en avant l’efficacité environnementale, particulièrement prometteuse du transport ferroviaire par rapport aux modes concurrents tels que le transport routier et aérien.
  • À l’échelle mondiale, le phénomène d’urbanisation est croissant. Avec de plus en plus de personnes résidant dans des zones urbaines, la demande pour des solutions de transport urbain, telles que le métro et les tramways, est en constante augmentation.

 

De quelle(s) action(s) êtes-vous le plus fier ?

Ce dont nous sommes le plus fiers au sein de notre équipe, c’est la livraison quotidienne de systèmes qui garantissent la sécurité et le confort de millions de personnes à travers le monde y compris en France, particulièrement pour les systèmes qui ont un impact direct sur la sécurité comme les Portes et les Freins. Nous sommes fiers de contribuer à un transport à la fois écologique et sûr.

 

Comment votre entreprise s’engage-t-elle dans le mouvement de transition environnementale ?

Il y a un engagement fort au niveau du Groupe puisque depuis 2018, il est coté en Bourse. De ce fait, nous devons montrer des actions et des résultats en matière d’environnement. Mais indépendamment de cette impulsion du Groupe, nous avons développé en local une politique environnementale ambitieuse :

  • Nous avons créé un comité climat composé de salariés volontaires, qui a pour objectif de faire des propositions destinées à minimiser l’impact de l’entreprise sur l’environnement.
  • Nous avons également organisé une semaine du Climat en juin dernier pour sensibiliser l’ensemble des salariés aux enjeux climatiques.
  • En outre, nous venons de terminer l’installation de 400 m2 d’ombrières photovoltaïques au-dessus de notre parking qui devraient permettre de produire 15 % de l’électricité que nous consommons annuellement.
  • Et enfin, nous avons mis en place d’autres dispositions comme la récupération d’eau de pluie pour l’arrosage des espaces verts et, spécifiquement à destination de nos salariés : la mise à disposition d’un compost, de vélos électriques et la possibilité de recharger leurs véhicules électriques gratuitement au sein de l’entreprise.

Par ailleurs, dès notre installation à Tinqueux, la décision de réhabiliter une friche industrielle existante, plutôt que construire un bâtiment neuf, a été beaucoup plus vertueuse en termes d’environnement puisque la coque en béton existante a été complètement réutilisée. Ainsi, très peu de béton a été coulé ce qui nous a permis d’économiser énormément de tonnes de CO2.

 

Quels sont pour votre entreprise, les avantages d’une implantation dans la Marne ?

L’entreprise a été créée par le Groupe Knorr-Bremse en 1972, et initialement implantée sur deux sites distincts : un site aujourd’hui dédié aux poids lourds et situé à Lisieux (toujours opérationnel aujourd’hui) et un second en région parisienne.

En 1996, mon prédécesseur s’est posé la question de regrouper ces deux sites. Le choix s’est arrêté sur Reims, car à cette époque, il était déjà question de créer une ligne TGV entre Paris et Strasbourg. Par ailleurs, plusieurs usines d’assemblage ferroviaires importantes sont installées dans le quart Nord-Est de la France. Enfin, la perspective du TGV permettait d’imaginer des trajets rapides avec Paris où se situent les sièges de la RATP et de la SNCF.

À mon arrivée en 2006, assez rapidement, j’ai identifié la nécessité de créer un nouveau site, et, là aussi, la question de la localisation s’est de nouveau posée. Faut-il aller complètement ailleurs ? À Paris ?

Nous avons finalement décidé de rester dans la Marne pour les mêmes raisons qu’en 1996. La localisation dans le quart Nord Est de la France restait pertinente. L’option région parisienne a été très rapidement écartée, car nous avons réalisé que cela serait extrêmement coûteux, que nous perdrions beaucoup de salariés et que ce n’était pas forcément la région qui attirait le plus les jeunes cadres, bien au contraire. L’option de rester sur l’agglomération rémoise s’est imposée.

 

Pouvez-vous partager des exemples de partenariats locaux ou régionaux qui ont renforcé votre entreprise et son ancrage dans la Marne ?

Grâce à la Région Grand Est, nous avons bénéficié d’une aide pour l’implantation de nos ombrières. Aussi, lors de notre installation à Tinqueux, nous avons bénéficié d’une très grande bienveillance de la part du maire Jean-Pierre Fortuné qui a été très accueillant et a beaucoup facilité notre installation.

 

Quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs qui souhaitent implanter leur entreprise dans la Marne ?

Je leur conseille de prendre connaissance de tous les avantages que présente un territoire, en termes de desserte, de localisation, d’offres de formation, de qualité de vie pour leurs salariés… Je leur conseille d’intégrer une analyse multi-critères dans leur décision d’implantation. On va rapidement penser à de très grandes agglomérations comme Lyon ou Paris, mais finalement dans une agglomération plus moyenne, le coût de la vie peut être moindre et la qualité de vie meilleure. 

 

Que vous apporte concrètement l’accompagnement de Marne Développement ?

À l’origine, nous étions en contact avec Marne Développement au travers du Club Lean (ce club permet des échanges entre industriels qui partagent un intérêt autour du Lean manufacturing et de l’excellence opérationnelle).

Plus récemment, j’ai eu l’occasion de participer à la Foire de Châlons où l’on m’a convié pour intervenir sur les sujets environnementaux. L’intérêt que je vois, c’est justement d’échanger avec d’autres industriels de secteurs différents. C’est toujours enrichissant d’échanger sur des thématiques transverses comme le recrutement, l’environnement…

Marne Développement est, pour moi, un opérateur de facilitation et de partage d’expériences.

 

Quel(s) chiffre(s) souhaitez-vous mettre en avant pour parler de votre entreprise ?

Le nombre de salariés. Je crois profondément que la valeur de l’entreprise réside dans ses salariés. J’aurais envie de citer les 150 personnes qui travaillent avec moi, car c’est sans doute le capital le plus important.

Suivez-nousNotre actualité

Voir toutes les actualités
Réseau Marne Industrie
logo marne développement

Qu’est-ce que Marne Développement ? Marne Développement est un outil collectif au service des entreprises et des collectivités territoriales de la Marne. Elle réunit l’ensemble des acteurs publics locaux du développement économique. en savoir plus

Copyright © Marne Développement // Création : Agence Hachetag Reims